Une école en bois régional

15.08.2022

Line

Au cours des dix prochaines années, il faudra des bâtiments scolaires pour accueillir environ 3000 classes supplémentaires. Ceux-ci seront de préférence construits avec du bois régional. Un bon exemple est actuellement en construction à Prêles, au-dessus du lac de Bienne.

Le nombre de naissances augmente, les écoliers ont donc besoin de plus de surface. Au cours des dix prochaines années, des salles de classe pour environ 3000 classes supplémentaires seront nécessaires, écrit la NZZ le dimanche 26 juin 2022. Si ces 3000 salles étaient construites dans de nouveaux bâtiments, cela donnerait un besoin d'environ 200 nouvelles écoles secondaires et primaires ainsi que 250 nouvelles écoles enfantines. En théorie, il faudrait presque créer une nouvelle unité scolaire par semaine.


Idéalement dans des constructions en bois

Il est logique de réaliser cet énorme besoin de nouvelles salles de classe dans des constructions en bois. Les constructions en bois sont rapidement achevées grâce à des temps de montage courts. Les éléments de construction peuvent être préfabriqués en usine au millimètre près , stockés à l'abri des intempéries, puis transportés sur le chantier où ils sont rapidement montés. La rentabilité est également garantie : Grâce à des coûts de chauffage, d'entretien et de démolition plus faibles, les constructions en bois sont moins chères que les constructions massives sur l'ensemble du cycle de vie d'un bâtiment, malgré des coûts de construction et de planification parfois plus élevés.  


Les constructions en bois comme puits de CO 

Les constructions en bois ont à juste titre la réputation d'être respectueuses du climat, car le bois est une matière première naturellement renouvelable qui ne nécessite que de l'énergie solaire et de l'eau pour sa fabrication. Grâce à la photosynthèse, les arbres extraient du CO₂ de l'atmosphère, le transforment et stockent le carbone. Les constructions en bois deviennent ainsi des puits de CO₂, que l'on appelle « technologie à émission négative NET » , et dont nous ne pourrons plus nous passer à l'avenir selon l'Office fédéral de l'environnement (Link).


La récolte et la transformation sont également peu gourmandes en énergie. Une construction en bois, réalisée avec du bois provenant de l'environnement le plus proche, est bien sûr particulièrement respectueuse de l'environnement. La nouvelle école de Prêles en est un bon exemple. Les arbres proviennent des forêts environnantes du Plateau de Diesse, au sud du Chasseral, et n'ont été transportés que sur quelques kilomètres pour être transformés. Cela minimise fortement l'énergie grise contenue dans les éléments de construction. 


Après la récolte de l'hiver 2020/21, les entreprises forestières ont livré le bois à l'entreprise Despond SA à Bulles pour la fabrication de lamelles qui ont ensuite été livrées chez JPF-Ducret pour y être collées. Une partie du bois a également été transporté chez Schilliger Holz AG pour la fabrication de panneaux triplis, seule entreprise Suisse à fabriquer actuellement ce genre de produit.


Le chemin vers son propre bois  

L'utilisation de bois de la région régional ne pose aucun problème pour les projets de construction financés par le secteur privé. Pour les grands projets de construction publics, la situation est un peu plus compliquée : selon la loi fédérale sur les marchés publics (LMP), différents types de procédures sont prescrits en fonction de la valeur du marché. Les projets de construction qui dépassent la valeur seuil de 9,575 millions de francs doivent faire l'objet d'un appel d'offres public. Il en va de même pour les prestations du secteur principal de la construction (p. ex. travaux de charpente) ou certaines fournitures (p. ex. sciage des grumes) si elles dépassent la valeur seuil de 500'000 francs ou 250'000 francs. Les projets de construction de nouveaux bâtiments, comme les écoles, doivent donc généralement faire l'objet d'un appel d'offres. Selon le principe de non-discrimination de la LMP, aucune exigence ne peut être posée en ce qui concerne la provenance des matériaux. Il n'est donc malheureusement pas possible d'exiger uniquement du bois régional. Il n'est pas non plus permis d'exiger que le bois provienne d'un certain périmètre autour de la construction, ce qui serait évidemment très judicieux d'un point de vue écologique. Et donc, l'entrepreneur qui obtient le marché peut décider d'où provient le bois qu'il veut utiliser. Souvent, c'est une solution bon marché qui est choisie, et la plupart du temps, ce n'est pas l'alternative régionale.

Il existe toutefois des possibilités d'utiliser du bois provenant des environs malgré l'appel d'offres : La mise à disposition du bois par le maître d'ouvrage lui-même, ce que l'on appelle l'approvisionnement inhouse, en est une. Les communes, comme la commune mixte du Plateau de Diesse, qui disposent elles-mêmes de matières premières abondantes, peuvent les mettre à disposition et le définir ainsi dans l'appel d'offres. Il est également particulièrement intéressant que le degré de transformation des produits soit libre. Cela signifie qu'il est possible de mettre à disposition des troncs entiers, du bois de sciage ou même des produits collés.


Deux possibilités d'approvisionnement en interne 

Il existe en principe deux types d'approvisionnement interne. L'exploitation directe garantit que le bois abattu dans les forêts de l'entreprise est effectivement utilisé pour un projet de construction spécifique. Chaque arbre abattu est planifié pour une utilisation spécifique et la traçabilité est garantie à tout moment. 


L'exploitation indirecte consiste à couper autant de bois que celui utilisé pour un projet de construction donné. Ce principe permet à un propriétaire forestier d'exploiter ses propres ressources. Le bois n'est pas utilisé directement pour la construction en question, mais les mêmes quantités de bois sont négociées sur le marché suisse.


Utilisation directe pour l'école de Prêles

Pour l'école de Prêles, le choix s'est porté sur l'utilisation directe du bois de l'établissement. Les épicéas qui poussaient autrefois sur le plateau de Diesse sont aujourd'hui les piliers, les poutres, les murs et les plafonds de la nouvelle école. L'épicéa pousse rapidement et possède de bonnes propriétés de bois pour la construction de bâtiments. Le bois de hêtre est également utilisé à certains endroits. Par exemple, comme support de l'escalier de 13 tonnes au milieu de l'école. Il a été livré sur le chantier sous forme d'élément en béton préfabriqué et monté sur les poutres en hêtre.

Betontreppe auf Fagusträger

Pour le processus de planification, il est essentiel que la décision d'utiliser directement son propre bois soit prise très tôt. Le bois ne peut être coupé qu'en hiver, c'est pourquoi le planificateur et le maître d'ouvrage doivent savoir dès l'automne quels arbres seront utilisés pour le projet. Il est indispensable d'établir à ce moment-là une planification approximative des sections transversales, y compris les réserves et la proportion approximative de feuillus et de résineux. 


Un bon climat intérieur

La nouvelle école combine habilement la construction en bois massif et la construction à ossature : Tous les murs porteurs et les planchers sont construits en bois massif et en bois lamellé-collé. Les murs intérieurs sont des constructions à cadre non porteuses. Les surfaces chaudes des murs et des plafonds en bois, ainsi que l'échange permanent du bois avec l'humidité de l'air, donnent un bon climat intérieur. Des murs bien isolés sont importants : en effet, plus la différence entre la température de surface des murs, des sols et des plafonds et la température de l'air est faible, plus il fait bon vivre dans une pièce. C'est pourquoi nous nous sentons bien dans les bâtiments en bois dotés d'une bonne isolation thermique, même lorsque la température ambiante est légèrement plus basse. Les bâtiments peuvent ainsi être exploités de manière plus économe en énergie. De plus, le bois à une température de surface plus élevée que le béton, l'acier ou le verre, ce qui augmente encore le sentiment de bien-être. 


Projet de film 

Les travaux d'érection ont lieu en ce moment et l'été prochain, les élèves des communes environnantes prendront possession de leur nouvelle école. D'ici là, nous accompagnons tout le processus de construction avec une équipe de tournage.

Dreharbeiten

Participants

Architecture : Chapuis Architectes SA http://www.chappuisarchitectes.ch/

Ingénieur bois : Timbatec ingénieurs bois SA à Delémont https://www.timbatec.com/chfr/index.php

Construction en bois : Charpentes VIAL SA https://www.vialcharpentes.ch/fr/

Bois contreplaqué : Schilliger Holz AG https://www.schilliger.ch/

Collage du bois lamellé collé : JPF-Ducret in Orges

Scierie : Despond SA Scierie, Bulles

 
 
 

Suisse:

Bureau de Delémont 

Timbatec ingénieurs bois SA

Avenue de la Gare 49, 2800 Delémont  

Tel: +41 58 255 15 40  

delemont@timbatec.ch


Bureau de Berne 

Timbatec ingénieurs bois SA 

Falkenplatz 1, 3012 Berne 

Tel: +41 58 255 15 30

bern@timbatec.ch


Bureau de Thoune

Timbatec ingénieurs bois SA

Niesenstrasse 1, 3600 Thoune

Tel: +41 58 255 15 10

thun@timbatec.ch


Bureau de Zurich

Timbatec ingénieurs bois SA

Ausstellungsstrasse 36, 8005 Zurich

Tel: +41 58 255 15 20

zuerich@timbatec.ch



Autriche:

Bureau Vienne (A) 

Timbatec ingénieurs bois GmbH 

Im Werd 6/31a, 1020 Vienne
Tel: +43 720 2733 01

wien@timbatec.at


Impressum



Suivez-nous sur les médias sociaux :